L'histoire du château de la Rode

Mille ans d’histoire…

Le Château d’Aumessas a mille ans et plus… Ses caractéristiques de grosse tour, large escalier à vis, oubliette, trappe, meurtrières, poste de guet, vastes voûtes et cheminée en plein cintre, ses feuilles de trèfles d’armorial de Roquefeuil gravées sur l’une des plus vieilles pierres attestent du style ancien roman datant du 9ème ou 10ème siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le parc du chateau de la Rode

Le parc du Château de la Rode s’étend sur un peu plus d’un hectare. … Au pied de ces terrrasses le parc est traversé par un torrent qui faisait fonctionner un moulin autrefois. Le parc est aménagé de plusieurs terrasses dont certaines sont occupées par des arbres fruitiers : cerisiers, pruniers, pommiers, noisetiers…  Sa rivière en contre-bas vous invitent à la promenade.

 

 

 

 

Les bassins naturels 

Le parc du Château de la Rode dispose de deux bassins naturels : un bassin de 70cm de profondeur avec plage et un autre de 1m70. Les bassins sont alimentés avec l’eau de la source et la baignade y est possible. Des transats sont mis à votre disposition pour vous relaxer sur les différentes terrasses du parc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une succession de familles

De l’an mil jusqu’à Charles Gounelle décédé le 5 mars 2007, le Château d’Amessas voit se succéder les familles d’Azemar ou d’Adhemar, De Cantobre, De Guilhem Du Pont, d’Almessas, De Capluc, De Montvaillant, Du Pont de la Rode, de même souche que Du Pont de Serres et De Roquedol, De Malbois, Béranger De Caladon, Roland De Maureillan, De Manoel. Toutes ces familles étaient plusieurs fois apparentées entre elles ainsi qu’avec les seigneurs suzerains de la haute baronnie De Roquefeuil dont le château était vassal.

 

 

 

 

L’histoire au fil des siècles

Les gens de ces familles, gentilshommes de la plus ancienne noblesse, écuyers, chevaliers favorisent la renaissance bénédictine des 8ème, 9ème et 10ème siècle, initiatrice en particulier de renouveaux agricoles : constructions de « bancels » (terrasses), de fours, de moulins…

Du 11ème ou 14ème siècle ils soutiennent la religion Cathare en accueillant clandesditement « les Parfaits » ou Bons Hommes de bon conseil, de bonne vie et moeurs avec leur précieux apport de tissage, de draperie, de teinturerie, de meunerie, de médecine végétale sans oublier les pruniers aux fruits savoureux.
Ils participents dès le début à la réforme du 16ème siècle par leur appel et leur appui à l’avènement et l’installation du premier pasteur d’Aumessas en 1565, noble Jehan De Soleil Del Estinore alias Jehan Soleil, également descendant des Roquefeuil, chef de toute une lignée pastorale.

Après la révocation de l’édit de Nantes en 1685 ils subissent les persécutions : ainsi Rostan Du Pont De La Rode et Louis Du Pont De Bonnels sont condamnés et décapités à Nîmes en 1703 par ordre de l’intendant Basville.

Au temps sombre de la résistance entre 1939 et 1945 le Château de la Rode sert d’abri et de guide, fidèle à l’esprit de son passé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une nouvelle vie

En 2007, la famille André entreprend, pendant 4 ans, la rénovation complète du château pour en faire un lieu de séjour et de culture. Le château de la Rode est cédé en janvier 2014. Depuis, Didier et Murielle en sont les nouveaux propriétaires et ils ont à cœur de faire vivre cette demeure de charme et de réserver un accueil privilégié à leurs invités.